JE SUIS ‘EUROPÉENS’ !

Axel Ganz
AXEL GANZ

Journaliste de formation, il a exercé successivement comme Rédacteur en Chef et comme Journaliste-Manager dans la presse quotidienne, et magazine.

En 1979, il a créé en France le groupe Prisma-Presse, éditeur de titres bien connus : Géo, Capital ,Télé-Loisirs, Femme Actuelle,Voici, Gala, Télé 2 semaines et Télé Grandes Chaînes. Pendant 15 ans, il a siégé au Directoire du Groupe Gruner+Jahr (la Division presse de Bertelsmann), en charge des activités internationales.

JE SUIS ‘EUROPÉENS’ !

Quand j’étais enfant, le mot « Europe » n’évoquait pour moi à peine plus qu’une désignation géographique, un « vieux continent » avec une valeur culturelle certes, mais aussi déchiré par des guerres incessantes. Ainsi pour ma génération d’après-guerre, le mot « Europe » a pris une nouvelle signification : l’espoir de devenir un continent de paix.  

Au cœur de l’idée même de la construction de l’Europe dont les fondements ont été élaborés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, était la réconciliation entre la France et l’Allemagne, ces deux nations au passé lourd et chargé. La poignée de main entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer fut pour la jeunesse de l’époque le symbole d’une ère nouvelle : l’amitié franco-allemande. Pendant des décennies cette amitié a permis de porter et renforcer le projet de l’unité européenne et d’être le moteur de la construction d’une Europe forte, unie et en paix.

L’amitié franco-allemande est aujourd’hui arrivée à maturité. Plus personne ne la remet en cause. Ce n’est pas le cas du projet européen. A l’heure d’aujourd’hui, de nombreuses forces se désintéressent ou s’éloignent de l’Europe et de sa politique ce qui constitue un vrai problème, car nous sommes dans un moment-clé de l’histoire de la construction d’une Europe d’intégration. Pour cela, il faut mobiliser toutes les forces vives qui ont aidé par le passé à consolider les relations franco-allemandes et leur donner une nouvelle orientation. Ce cap c’est dorénavant l’Europe !

Parmi les soutiens les plus engagés dans l’amitié franco-allemand, on pouvait compter le magazine ParisBerlin dont l’évolution éditoriale à travers les années reflétait bien la mutation des relations entre les deux pays. A l’origine bilingue, ce magazine créé en 2004 par le journaliste Pierre Janin afin d’accompagner et renforcer culturellement les relations franco-allemandes, a pris une orientation plus européenne après sa reprise par Olivier Breton et son agence de communication interculturelle All Contents. 

Aujourd’hui, Olivier Breton, intimement convaincu que l’amitié franco-allemande est solidement et durablement établie, pense qu’il faut passer à l’étape supérieure : à la construction européenne en s’appuyant sur le moteur franco-allemand. Le magazine s’appelle désormais : ‘EUROPEENS’ – la Revue de ceux qui font l’Europe. 

            Oui, l’Europe est notre avenir ! 

Bien sûr, l’Union européenne est une construction imparfaite et en devenir. La réussir est un défi formidable pour notre existence et celle des générations futures.  Plus excitant que l’idée de revenir aux frontières d’autrefois, des conflits désastreux et des espaces économiques étroits. Ce qui rassemble l’Europe et ses peuples est infiniment plus grand que ce qui les distingue. Pour cela il ne faut pas accepter en politique les propos de ceux qui imputent à «Bruxelles » leurs propres difficultés  et leur incapacité d’être unis et forts. 

Créons donc cette « Europe » dont j’ai rêvé quand j’étais jeune ! Soyons à fond  européens !